Annick Bähler, illustratrice

DESIGNRosepoudrée

Taches de doigt…

Venez découvrir le travail poétique, lumineux et coloré d'une illustratrice mutine et délicieuse. Maman comblée qui réussit l'exercice périlleux de jongler entre travail- création- loulous, de quoi être admiratif... J'ai toujours aimé  l'univers des livres pour enfant, c'est donc tout naturellement que j'ai demandé à Annick de répondre à mes questions. Ce qu'elle a fait avec beaucoup d'humour et de finesse et par la même occasion, elle m'a offert son interprétation de Miss Rosepoudree...

01c_baleine-twingo1.jpg

Interview

Annick, quel est ton parcours?

Après une scolarité sans encombre, et un baccalauréat in the pocket, j'ai hésité entre "carrière" sportive, musicale ou artistique... c'est donc la 3e voie qui m'a finalement amenée à l'école d'arts appliqués des montagnes neuchâteloises, à la Chaux-de-Fonds, section graphisme. Cinq années carrément géniales riches en créativité en amitiés et franches déconnades. À cette époque, mon intérêt pour le dessin et l'illustration s'est fait grandissant et se révélait dans tous mes travaux, qu'ils soient graphiques, photographiques ou typographiques. Je crois qu'on travaille toujours mieux ce qu'on aime bien faire, et donc ce qu'on sait bien faire...Le CFC acquis, je me suis lancée à la recherche d'un travail en graphisme, difficile de décrocher un poste en sortant d'une école ou la chaîne graphique de la création à la production est absolument incomplète. L'école permet par contre de chercher vraiment sa voie et de créer, inventer chercher, sans les contraintes techniques, temporelles et pécuniaires qui souvent brident un peu les apprentis qui bossent en agence dès le début et voient la réalité d'une commande et son résultat fort frustrant après le choix directif du client... bref pas facile d’être productif à la sortie d'une école aussi appliquée soit-elle. J'ai décroché un post freelance pour une agence de Berne et j'ai obtenu quelques jobs d'illustration par le biais de connaissances d'abord, puis par un petit réseau à Lausanne. Ensuite, au vu du volume de travail, j'ai tenté l'indépendance, et ma foi, c’était super stimulant! Cinq ans au sein d'une association Noirmat communication, entre travaux graphiques et illustrations personnelles, puis la vie décide un peu pour moi, et me voilà un peu contrainte de réellement gagner ma vie. Entrée en agence il y a 10 ans, 2 petites filles de 8 et 6 ans sont venues éclairer ma vie et il est vrai que depuis, mon travail est surtout alimentaire. Je ne m'y déplais pas mais suis consciente que ma créativité en a pris un sacré coup. Le temps surtout à y consacrer s'est réduit à peau de chagrin, mais je ne regrette pas de me savoir plus sûre en fin de mois et pour l'avenir, surtout quand la prospection n'est pas votre fort ni l'administration, il faut se rendre à l'évidence que ces deux activités sont parties prenantes dans le statut d'indépendance... voilà, c'est tout...

1450242_10202624398309833_399149850_n.jpeg

Ce qui t'inspire ?

Je suis fascinée par les talents des autres, en graphisme, en littérature, en peinture, en musique... par les biographies incroyables de certains artistes que j'aime, leur vie, leur histoire et ce qui fait qu'ils sont eux... Frida Khalo, Matisse, Kafka, Picasso, Nick Cave, PJ Harvey, je suis une vraie groupie.Je regarde beaucoup de livres et je rêve. Ça c'est en général, sinon, la nature m'inspire aussi beaucoup, ou disons qu'elle me ressource et me redonne l'énergie quand il faut vraiment s'y mettre, le soir à ce boulot d'illustration que j'ai depuis des mois et que je repousse chaque soir au lendemain. Bien sûr, mes filles m'inspirent beaucoup, y a qu'à regarder et écouter, des petites phrases naïves et si pleines de sens, aux postures totalement improbables et libérées des petits enfants. J'essaie de les capter et de les redessiner sur des coins de feuilles pendant que mon mac mouline, ce qui arrive de plus en plus rarement évidemment.

Pourquoi, l'illustration pour enfant ?

Oh assez simplement, parce que je dessine totalement spontanément depuis toujours, sans grande réflexion. Je rêverais d'être une grande artiste peintre mais  je pense n'avoir simplement pas les capacités techniquement. Je pourrais y prétendre, mais sincèrement je n'arrive absolument pas à me voir dans un travail sérieux, abouti conceptuellement, avec un grand thème, un sujet de recherche intéressant... ha ha non, vraiment Annick B. artiste-peintre, ça colle pas... cela ne veut pas dire que le dessin pour enfant n'est pas quelque chose d'abouti et de noble, loin de là. Il y a de grands illustrateurs de livres pour enfants comme Dedieu, qui a un sens du symbolisme incroyable, Rebecca Dautremers, Grégoire Solotareff et tant de noms que j'oublie et simplement que je ne connais pas. Il y a aussi une grande vague de jeunes illustrateurs monstrueusement talentueux, et je suis réellement en admiration devant eux. Ce que j'aime je crois le plus, c'est raconter des histoires avec des dessins; coller à un joli texte et lui apporter des petits clins d'oeil et puis l'illustration pour enfant me semble quelque chose d'important. C'est proprement l'éducation visuelle des enfants et leur permettre de voir ce qui est beau ce qui est drôle, ce qui est intéressant dans une image et aussi ce qui est vilain, vulgaire ou qui n'apporte pas grand chose. J'ai beaucoup remarqué qu'il y a de très belles choses et de très mauvaises aussi, c'est pas parce que ce sont des enfants que l'on doit juste dessiner des lapins ou des poussins trop mimi ronds-ronds mais tellement cons-cons aussi. Ça me saoule des fois le niveau de ces livres, mais y aussi de vraies merveilles!

Quel est le temps que tu y consacres par semaine ?

Depuis que j'ai les filles, cette activité est très variable... elle est en plus de mon 80 % en agence et donc, en plus de celui de maman. C'est très dommage et cela me déçois beaucoup de moi, mais je ne travaille plus que par commande, bon c'est de chouettes commandes, des projets d'illustration en général, c'est toujours assez top pour moi.

Quand je réalise un travail de longue haleine, comme un livre de cuisine ou un livre de chansons, j'y bosse chaque nuit pendant 1 mois ou 2 et là, je deviens une très mauvaise maman complètement sur les nerfs et à bout de forces vu que chaque matin, faut retourner au travail quand même et après un mois de nuits de 2 à 3 ou pas d'heures de sommeil, y a pas à dire on n'a pas la mine des vainqueurs et la bonne humeur, l'entrain. La joie à servir la science graphique est vraiment de plus en plus limitée. Mais quand on a fini, wow, qu'est ce que c'est cool d'avoir réussi, quelle victoire, AWESOME! On se congratule parmi et ça donne envie de s'y replonger les deux bras en avant! En fait c'est assez grisant... seulement voilà, j'ai plus 20 ans et je mets des mois à récupérer et donc je fous que dalle jusqu'à la prochaine commande encore plus invraisemblable irréalisable et là, ha ha, j'y recours paf paf dedans! Voilà, c'est ça ma vie!

02_mduse.jpg
15_baldesmurnes.jpg

© Photos"  Taches de Doigts © Copyrigh Tache de doigt, Annick Bähler