Fanny Castaing

DESIGNRosepoudrée
Fanny Castaing

Photographe

Fanny Castaing est une photographe aux clichés envoutants, jeune femme ayant passé une partie de son enfance à Abidjan, jeune maman de deux enfants et violoniste de métier. Une violoniste photographe ou une photographe violoniste, on peut le dire cela intrigue. Fanny multiplie les talents, vous l'aurez compris. D'emblée, son travail de photographie en noir et blanc vous transporte, images nostalgiques de notre enfance oubliée, instants de jeux saisis au vol, Fanny Castaing, c'est aussi et avant tout pour moi, une poétesse des temps modernes.

Fanny Castaing

La force mélancolique et la puissance poétique de ces clichés sont sans appel, on est capturé par la douceur de ces instants, piqués au vif par le regard pénétrant des enfants qu'elle photographie. On flotte dans une ambiance sensuelle et parfois inquiétante, sans jamais tomber dans le kitsch. Les atmosphères sont profondes, contrastées, un peu ténébreuses, le brouillard du matin terriblement romantique et l'on se laisse délicieusement happer par la lumière et/ ou la noirceur de ces paysages floutés et enivrants. Il y a quelque chose de troublant dans le travail de Fanny Castaing, quelque chose qui vous prend et ne vous lâche plus, peut-être un peu mélancolie, peut-être un peu de magie. Quoi que ce soit, je vous encourage largement à venir vous perdre dans ces images qui longtemps après vous collent à la rétine, mais surtout qui vous collent au coeur.

Fanny Castaing
Fanny Castaing

INTERVIEW

Fanny Castaing, quelles sont tes sources d'inspiration?

J’observe autour de moi. Les gens sont beaux. Parmi eux, un regard, une attitude, m’intrigue. C’est souvent quelqu’un de seul. J’imagine les émotions qui le traversent. L’individu me touche, il devient sujet… j’ai envie de le photographier.

Tes sujets de prédilection?

L’enfance, la vieillesse, la solitude sont des thématiques qui ressortent souvent dans mes clichés.

Quel est ton rapport à l'enfance N'est- il pas difficile de photographier des enfants sans que cela donne un résultat kitsch? (Je trouve que cela reste un challenge)

L’enfance est une source d’inspiration infinie. Chez les enfants pas de masque social, devant un objectif ils restent honnêtes. Il faut cependant pour les photographier qu’ils s’habituent à ma présence, que je fasse partie du décor et qu’ils ne fassent plus attention à moi. Les enfants ne posent pas. Parfois, avec mes enfants, il m’arrive de guider une action, toujours par le jeu.

N'y a t'il pas un rapport à la mélancolie, une sorte de nostalgie de l'enfant que tu as été dans tes clichés? 

J’ai le souvenir d’une enfance heureuse. Les histoires, les anecdotes que l’on me raconte, les photographies des albums de famille me proposent une enfance sans heurt. Et pourtant, évidemment…. Quand je photographie mes enfants, j’essaie de m’approcher au plus proche de la réalité, ils se verront à l’âge adulte sur les photos de leur enfance : joyeux, malheureux, riant, pleurant, sautant, tombant…..

Fanny Castaing
Fanny Castaing

Site Web et photos: Fanny Castaign