Rosepoudrée

le blanc

LA RELÈVE SUISSERosepoudrée

La petite genevoise

La nouvelle petite marque suisse le blanc née à Genève a déjà tout d'une grande. Joli concept d'affirmation à la cité de Calvin, les basiques chic de la griffe sont des pièces d'une simplicité et d'une classe certaines, dont il faut s'emparer sans tarder tant elles sont convoitées. Découverte.

leblanc_présentation 2018.jpg

Le t'shirt blanc est un basique chic et choc qui sied parfaitement à la petite genevoise aussi gonflée et têtue que la petite parisienne. Car, qui a dit que la parisienne devait avoir le monopole du culot et de la fashion attitude. C'est qu'elle n'est pas la seule à arpenter les rues de sa ville avec une nonchalance assurée. La genevoise, elle aussi, sait jeter des regards pleins de condescendance à la dérobée, elle sait aussi s'imposer, se montrer, parler fort, bousculer l'air de rien, lever les yeux au ciel à tout va et faire parler d'elle. Sa cité est certes plus petite, plus propre et un peu moins polluée, mais elle n'en est pas moins cosmopolite, nerveuse, agaçante et glamour. On y trouve aussi des bars branchés par grappes, des parcs remplis de joggeuses en devenir (ou pas), des resto fusion-branchouilles , des afters-works et des concepts bobos- tendances- éphémères. 

On peut donc reconnaître à la petite genevoise, un certain style vestimentaire, une allure discrète, contrôlée, bcbg d'aujourd'hui. Un jeans boyfriend et un t'shirt blanc, une paire d'escarpins chinés et un sac Céline hérité, la voilà, la belle sur son trente et un, aux bains des Pâquis par une trop chaude soirée de mai. Elle est belle , la genevoise, tout en subtilité, avec sa mode discrète et son air faussement blasé. Elle manque à mon sens de fantaisie et d'insolence, mais qu'importe, on l'aime comme elle est. 

Angélique Freytag la fondatrice de la marque le blanc a bien saisi toutes les contradictions et complexités de la genevoise. Elle a imaginé quatre basiques indémodables à combiner à l'infini, quatre modèles de t'shirt blanc orné à choix de quatre symboles forts de Genève, les canons, le cygne, le phare, la longeole. C'était plutôt bien vu. Un dessin très fin qui symbolise son appartenance à sa ville, son amour de la cité, ses souvenirs, ses plaisirs. Il fallait y penser. J'adore le concept et ne saurais quel modèle choisir. J'imagine que selon les circonstances, je sortirait plutôt les canons rehaussé d'un blazer noir pour une négociation de travail ou que je pavanerais avec le modèle cygne et un short destroy le long de la rade, un samedi soir avec mon amoureux. Enfin, les possibilités sont multiples et inspirantes. Bravo à Angélique pour ce projet gonflé et fashion comme les genevoises que l'on jalouse ou que l'on aime tant.

Web/photos/points de vente: le blanc