Allez-vous rhabiller Messieurs, M Michel arrive !

DESIGNRosepoudrée

Michèle Schneuwly, créatrice de  M Michel – Voici, Michèle Scheuwly créatrice inspirée et inspirante désireuse de rhabiller les garçons. Quelle bonne idée, me direz-vous, c'est que certains en ont bien besoin. Mais, c'est vrai quoi, où sont passés, les hommes élégants, dans nos rues, où se cachent ces dandys solitaires, porteurs de vestons, ou de cravates (et de bonnes manières, qui vont avec, pendant qu'on y est !). Où sont- ils, ces gentlemans, à la coupe impeccable, moustachus (ou pas, pour ma part, je préfère largement sans.)

Il faut souligner qu'en passant, les mecs ont toujours des remarques bien senties et l'oeil visé sur les tenues vestimentaires de nous les dames, mais eux, qu'en est- il de leurs t-shirts d'ado sur le retour et de leurs sweats usés jusqu'à la maille? Mais, dites-le moi, bon sang, où sont passés les hommes en costume trois pièces, (je veux dire, à part les banquiers de la place Genevoise, biensûr) ? Heureusement, M Michel est né et ça nous sauvera toutes. Cette petite marque toute jeune, fraîche et pétillante, comme son initiatrice sait mélanger habilement, les codes du moment. (Si, si regardez Stromae, j'en ai trouvé un.) Michèle est une jeune styliste acharnée et il faut bien cela pour avancer, une passion à toutes épreuves, les épaules... La moustache, le noeud papillon, le rétro 50's, le style British, les touches de couleurs, juste comme il faut, là où il faut et voilà que Monsieur s'est rhabillé, maintenant du coup, il nous donnerait presque envie de le déshabiller...

m_michel_croquis_collection_2014
m_michel_croquis_collection_2014

Interview

Michèle Schneuwly, quand as-tu créé ta marque ?

Officiellement, il y a une année et demi mais la Sàrl et le dépôt de marque ont été fait en mars de l'année passée et c'est à ce moment que les choses ont été beaucoup plus concrète et ce grâce aux concours que j'ai remportés pour pouvoir réellement débuter le label.

Comment as-tu fait pour mettre sur pied, ta première collection ?

La première collection a été une vrai course contre la montre. J'ai reçu 20'000.- du concours remporté de Genilem HES-SO, une bourse de 14'000.- de Ikea et un soutien financier ponctuel du 2ème concours remporté, le AHEAD DESIGN INCUBATOR qui me pait certaines choses telles que le dépôt de marque qui m'a couté 5000.–... donc j'ai bien été aidé financièrement pour cette première collection, car les économies que j'avais mises de côté ne suffisaient largement pas. Pour le temps et bien c'était la course non-stop entre mon job d'enseignante, la création d'entreprise et tout de même une petite place pour ma vie privée ça a été sincèrement un vrai combat! Je me suis poussée à bout bien plus d'une fois, mais les débuts sont inévitablement difficiles.

Donc voilà, je bossais 6 jours sur 7, parfois 7 jours sur 7, plus de 8 heures par jour. Pour les moyens je me suis pour une grande partie débrouillée seule puisque je suis seule à monter mon entreprise, mais j'ai aussi énormément demandé d'aide et de conseil à mon entourage et cela reste indispensable, si on ne veut pas sombrer trop vite. On a besoin des connaissances des autres et du soutien de ceux-ci pour avancer au mieux. Ma famille, mes ami(e)s, des connaissances d'amis ont été là pour m'apporter leur coup de main avec générosité et empathie, de vrais coeurs qui donne les coups d'élan lorsque la motivation redescend.

Quelles sont tes principales sources d'inspirations et quel est l'esprit de ta marque?

S'inspirant de l’atmosphère londonienne et de ses passants, "michel" propose une gamme de vêtements et accessoires de prêt-à-porter alliant chic, rock et ludisme. "michel", c'est un classique revisité de manière contemporaine et urbaine aux couleurs vives avec une british touch décalée. Allant du jeans au duffle coat, passant par le t-shirt, le sac, le cardigan, etc., la gamme «michel» vient combler les attentes d’une clientèle à la demande d’un style autant authentique et élégant que créatif et singulier. L'origine et la fabrication de la ligne "michel" sont exclusivement localisés en Europe afin d'assurer une démarche éthique et une qualité irréprochable que l'esprit suisse exige. (Réponse: source site www.michelcouture.ch)

Pourquoi, habiller les hommes?

C'est en bachelor que ça s'est décidé, je devais faire un moodboard d'inspiration pour cette dernière collection décisive et toutes les images que j'ai récoltées et mises ensemble contenaient des portrait d'hommes d'un style londonien du coup ça ne pouvait être plus clair.A l'époque, j'étais aussi célibataire et ça ne me déplaisait encore moins de devoir travailler avec des hommes ça m'a aussi fait me rendre compte que tout était bien plus simple avec eux, pas de chichi, toujours dispos, motivés, authentiques, simples, ect.J'ai donc vraiment pris goût et ai décidé de rester dans ce domaine qui de plus me permet une créativité plus grande du fait que moins exploité que celui de la femme.

Pour toi, les hommes d'aujourd'hui portent- ils encore ou à nouveau le noeud papillon ?

Le noeud papillon revient clairement à la mode mais dépend des régions, j'avoue qu'en Suisse, il est vraiment timide mais en même temps en Suisse tout prend beaucoup de temps, lorsqu'il est question de mode, encore plus en suisse romande. Mais si on va à N-Y, Londres, l'Italie, le noeud pap est bien moins timide. Ensuite, je ne pense pas qu'il rivalise encore avec la cravate, mais peut-être bientôt!

Quelle est ta pièce phare, l'emblème de ta collection?

Ma pièce phare et le t-shirt noeud papillon (incrusté), c'est une pièce ludique et chic à la fois, qui joue entre le décontracté et la touche plus sérieuse. Elle est originale et fait sourire, un des points important de l'esprit de ma marque.

Quels sont tes coloris préférés dans le vêtement pour homme et comment utiliser les couleurs vives, dans la création masculine?

J'aime vraiment beaucoup le rouge, mais je me rends compte après une collection qu'il ne peut pas être utilisé pour n'importe quel pièce de vêtement. Par exemple sur un pull ça passe sans problème, mais pour une chemise pas du tout, donc il faut avec l'expérience et les tentatives, trouver au mieux ce qui convient à la gente masculine. Ensuite, en général pour intégrer les couleurs vives, il faut le faire avec parcimonie, par touche et non pas forcément tout un vêtement de couleur vives. L'homme est plus discret que la femme et son besoin de se démarquer se fait avec subtilité et ma marque prône la différence dans le détail.

Est-ce que tu t'identifies à un(e) styliste actuel(le) ?

En bachelor, j'étais inspiré par Hedi Slimane, ou plutôt son style se rapprochait de celui que je désirais faire, mais je ne dirais pas que je m'identifiais, car sinon cela voudrait dire que je fais exactement la même chose que lui. Actuellement, je n'ai pas de référence, car je dois simplement avouer que je n'ai plus du tout le temps de découvrir les nouvelles collection des nombreux designers du monde entier, mon activité me prend déjà la plupart de mon temps et celui que je m'accorde pour lâcher prise, je préfère sortir du milieu afin de couper de temps en temps. Un temps, j'étais vraiment fan de Victor&Rolf que je trouvais drôles, créatifs, déjantés et dynamiques, mais ils se sont calmés avec les années et je dois dire que je n'ai jamais vraiment eu de styliste qui m'a fait rêver, je les regardais tous et certains m'attiraient plus que d'autres, mais la saison d'après je n'aimais pas leur nouvelle collection...

D'après toi, qu'est ce qui fait qu'une marque peut subsister, comment celle- ci peut- elle tenir le cape de la première année?

Une marque peut subsister, si elle se remet constamment en question, qu'elle ne vit pas simplement dans son coin mais qu'elle s'intéresse à ce qu'il se passe autour, qu'elle reste sans cesse à l'écoute des critiques et remarques du public afin de corriger le tir à chaque étapes. La mode est en éternel changement et il faut savoir s'adapter à elle mais chacun à sa façon tout en trouvant le moyen d'être unique et innovant, au bon endroit, agir avec les bons moyens marketing, ce n'est pas simplement dessiner des modèles, mais aussi savoir communiquer, interpeller, démarcher, etc. La première année il faut vraiment tout donné, faire un maximum de pub pour marquer le coup et tenter de faire crocher un nouveau public avec une présence constante. L'investissement est colossale mais inévitable, surtout en Suisse où tout coûte bien plus cher.

Quels sont tes projets pour 2014?

En 2014, je vais présenter ma deuxième collection pour l'hiver 2014 et débuter celle de l'été 2015. J'espère trouver de nouvelles boutiques prêtes à revendre mes collections et surtout un marché européen. Je vais présenter ma collection en février dans un showroom à Londres en espérant trouver au moins un acheteur, hors frontière. J'espère également réussir à optimiser mes coûts, afin de dépenser de moins en moins pour remonter la pente du déficit. Je continuerai mes recherches de fonds, car je ne peux encore me débrouiller sans aide financière et dans l'idéal, il faudrait trouver un mécène, l'espoir fait vivre ! Pour terminer je réorganiserai certainement un défilé en septembre pour présenter la collection d'hiver et espère avoir à nouveau un public aussi nombreux et enthousiaste que la première fois! Merci à tous pour ce beau moment!

© Photos et Website Michel