Noémie Arrigo, créatrice de bijoux

DESIGNRosepoudrée

Coquette sera ou ne sera pas...

Autre belle rencontre avec une créatrice romande, " les bijoux coquette" entre broderies du 19e et canine acérée, me voilà conquise.  Ces bijoux sont délicats, or rouge, fragilité et finesse. Au-delà de l'objet, le photo-shooting est percutant. Fille fragile à la lingerie fine, animale et diablement sexy, images d'un autre temps, tel un portrait de Nadar. Ces photos ont une telle présence et profondeur qu'elles m'ont littéralement obsédées. Toute jeune marque et première collection créée en mars dernier ou une fois de plus l'art du bijou rejoint celui de la photo.

Interview

Quand avez-vous commencer à créer?

J'ai pris mes premiers cours du soir en novembre 2011. Immédiatement après, j'ai monté mon atelier pour pouvoir m'entraîner jour et nuit à la maison. Un travail acharné, en tant qu'autodidacte, afin de maîtriser les bases de la bijouterie puis réussir à créer les premières pièces que j'avais en tête.

Pourquoi le bijou plutôt qu'autre chose?

A la base, j'ai une formation de designer HES en communication visuelle (graphiste). La création et le design font partie intégrante de ma formation. Le bijou me permet de créer des pièces qui restent. Des objets précieux qui vous suivent, accrochés à votre corps. Le bijou me permet de trouver un équilibre par rapport au travail à l'écran.

Comment organisez-vous votre temps entre vos différentes activités?

Une bonne organisation est nécessaire. Les journées sont souvent "doubles" entre mes 2 activités. L'important est de faire avancer ma marque chaque jour un peu plus. Ce qui permet de faire une bonne avancée en une année. Il faut de la rigueur et de la discipline et ne jamais perdre de vue son but.

Comment avez- vous démarrez, trouvez des contacts, fournisseurs...?

Par moi-même. À force de rechercher.

Comment c'est déroulé le shooting photo?

L''importance de véhiculer la notion de manufacture au travers des photos communiquant autour de Bijoux Coquette était très importante. Les "imperfections" d'une photo faite avec un appareil du 19e avec un temps de pause de 10 secondes, non retouchée collaient parfaitement avec les "traces" de la fabrications artisanale sur mes bijoux. Des imperfections qui font vibrer les pièces / photos, qui leur donnent vie. Leur donnant caractère et force. Le procédé du collodion et cette fille venue de Moscou dégagent une présence, quelque chose de sauvage, de libre et de doux à la fois.

Quelles sont vos sources d'inspiration?

Je suis très instinctive quand je crée mes pièces. Un détail peut m'inspirer, ou le corps lui-même. La création commence dans ma tête, j'imagine le corps, comment le bijou pourrait lui tourner autour. Mon approche autodidacte du bijou et mon background de graphiste me permettent d'avoir une approche bien à moi. Je suis sensible à la finesse des pièces. Elle doivent se faire oublier lorsqu'on les porte. Un bijou qu'on ne sent plus, qu'on porte comme une seconde peau est un bijou qu'on aura plaisir à porter chaque jour. Il fera partie de soi.

Et votre prochaine collection...?

Je sortirai la prochaine collection probablement en automne 2014. Toujours en or rouge, pur, 18 carats. Toujours manufacturée.

Futurs projets...?

Développer ma marque au niveau international, lancer une nouvelle collection en automne 2014, être présente dans des salons internationaux et exposer lors de la Fashion Week de Paris au printemps 2014

coquettecanine
coquettecanine

Website www.bijouxcoquette.com 
© Photos Seb Kohler & Pierre R. Simonsentheshelterstudio.org